Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 07:17
Tee-shirt au formaldéhyde, imper aux phtalates et aujourd'hui maillot de l'Euro 2012 au plomb ! S'habiller devient décidément périlleux... Les supporteurs n'ont qu'à se rhabiller ! Sur les neuf maillots officiels de l'Euro 2012 testés, tous contiendraient des niveaux inquiétants de produits chimiques, selon le Bureau européen des associations de consommateurs (BEUC). Excès de plomb dans les maillots espagnols et allemands, anti-sueur nocif pour le système nerveux dans les maillots polonais, perturbateur endocrinien notoire pour les maillots espagnols et italiens... Scandaleux ? Pourtant rien n'est vraiment illégal de la part des fabricants, mais la législation est dépassée par le déferlement actuel de produits chimiques, dont 8 000 interviendraient dans la seule fabrication des vêtements ! Alors que certaines substances sont carrément interdites pour l'environnement, comment croire qu'elles puissent être inoffensives pour notre peau, via les vêtements qui les contiennent ? Après l'alimentation, les vêtements sont-ils devenus la deuxième catégorie de produits dangereux des pays occidentaux ? Formaldéhyde, phtalates... C'est ce que pensent les docteurs américains Anna Maria et Brian Clement, dans leur livre Ces vêtements qui nous tuent (éd. Tredaniel). "Les vêtements synthétiques contiennent souvent des toxiques comme le formaldéhyde, expliquent-ils, des produits ignifuges bromés, ainsi que des produits chimiques perfluorés comme les fibres téflon qui donnent aux pantalons, jupes et autres vêtements leurs qualités sans repassage et infroissables." Pour l'instant, seulement quelques substances ont été étudiées et font l'objet d'un début de surveillance en Europe. Parmi elles, les phtalates (présents dans les tissus synthétiques, les housses, les rideaux de douche, par exemple) concentrent toutes les inquiétudes. Leur toxicité sur les testicules est d'ailleurs connue depuis... 1935 ! À leur contact, les taux de spermatozoïdes des hommes chutent et un nombre croissant de bébés garçons sont touchés par le "syndrome phtalates" : à savoir un plus petit pénis et des testicules non descendus... Ne comptez pas être épargné la nuit en dormant tranquillement dans vos draps, puisque les retardateurs de flammes sont présents dans les pyjamas et les matelas. Ils résistent aux lavages et perturbent, entre autres, le développement neurologique et la fertilité - l'Europe commence d'ailleurs à en interdire certains. Le formaldéhyde (le formol) est une autre substance souvent pointée du doigt. On le retrouve dans une majorité de tissus comme les vêtements infroissables, résistants ou hydrofuges et aussi les oreillers, draps, rideaux... Même à faible dose, il pourrait induire des irritations de la peau, des yeux et des troubles respiratoires. Gestes simples pour se protéger Quant aux colorants, ils peuvent provoquer des réactions cutanées allergiques (dermatite de contact), des dommages au foie et aux reins, voire des cancers. Enfin, le coton lui-même serait dangereux à cause des résidus d'herbicides et des traitements divers (sa culture absorbe 25 % des pesticides dans le monde), sans compter les ajouts ultérieurs et multiples de produits chimiques lors de sa transformation. Et comme on n'arrête pas le progrès, les scientifiques devront aussi se pencher sur les effets des nanoparticules d'argent présentes dans les vêtements high-tech (antitaches, antibactériens...), dont les premières études sont alarmistes et font craindre des effets sur notre cerveau ! En réalité, c'est toute l'industrie textile qui est à remettre en cause. En effet, d'après des études américaines, fibres naturelles et synthétiques sont toutes deux abusivement traitées ; sauf que les synthétiques, en plus d'être toxiques par la chimie qu'elles dégagent, empêchent également notre peau de respirer et donc d'évacuer nos toxines - une peau en bonne santé en élimine près de 500 grammes par jour. Les toxines ainsi piégées s'accumulent alors dans nos graisses et dans nos organes, et sont susceptibles alors de provoquer des maladies. Pour se protéger, quelques gestes simples existent : privilégier les fibres naturelles avec des labels écologiques "sans solvant" ou "Oeko-Tex" (une instance de contrôle sur les substances nocives), nettoyer toujours les vêtements neufs avant utilisation, proscrire ceux qui portent des motifs en plastique et éviter les vêtements foncés ou trop colorés qui ont nécessité forcément plus de chimie pour leur fabrication. Le Point.fr - Publié le 07/06/2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article

commentaires

déstockage vêtements canada 01/10/2012 16:08

Merci pour le partage de partage!