Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 08:13
Les préoccupations récurrentes sur l’environnement intéressent aussi les psychiatres, comme le prouve cette étude australienne consacrée à l’impact du changement climatique sur la physionomie des obsessions ou des compulsions, chez les patients souffrant de troubles obsessionnels-compulsifs (TOC). Durant ce suivi de 50 patients avec TOC au service dédié aux troubles anxieux à l’Université de Sidney, 14 des participants (soit 28 %) sont identifiés avec des troubles obsessionnels et compulsifs « directement liés au changement climatique. » Leurs inquiétudes les plus fréquentes relatives à l’environnement concernent « l’électricité, l’eau et le gaspillage » (énergétique). D’autres sujets sont accablés par le sort « des animaux frappés par la sécheresse » et un patient est tourmenté pour « les dommages sur son habitat liés aux fissures, aux fuites touchant des tuyaux, aux problèmes de toiture et à la présence de termites. » En réaction à de telles pensées angoissées, les sujets développent divers TOC de vérification : s’assurer en permanence, selon les cas, qu’un animal de compagnie a bien reçu son bol d’eau, que les interrupteurs fonctionnent correctement, que les tuyaux ne fuient pas, les robinets sont bien fermés, les lumières éteintes, les structures en bois à l’abri des insectes xylophages… Note supplémentaire dans certaines observations : à ces TOC de facture a priori classique s’ajoute ici une préoccupation spécifique pour l’environnement où les rituels compulsifs des intéressés sont censés s’inscrire dans la recherche d’une « empreinte minimale sur la planète » (reduce their global footprint) ou dans une réponse à des phénomènes prétendument « induits par les effets négatifs du changement climatique » : sécheresses, incendies, inondations… Les auteurs recommandent donc d’intégrer dans le bestiaire des TOC ce nouveau type de pensées obsessionnelles, trouvant désormais un alibi ou déployant leur quête d’une pseudo-rationalisation dans le contexte alarmant des préoccupations collectives. Et il faut noter que cette étude a été conduite en 2008 et 2009, avant l’accident nucléaire de Fukushima (mars 2011), source probable d’autres angoisses exacerbées, surtout dans les pays baignés par l’Océan Pacifique… Dr Alain Cohen 04/05/2012 Jones MK et coll.: The impact of climate change on obsessive compulsive checking concerns. Aust N Z J Psychiatry, 2012 ; 46 : 265–270.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article

commentaires