Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 08:47
Deux ans après son apparition sur la scène médicale, le métapneumovirus humain est toujours traqué par les infectiologues et les virologues qui cherchent à mieux cerner cet agent responsable de bronchites, bronchiolites ou pneumonie chez les jeunes enfants et les personnes de plus de 65 ans. De nouvelles études, présentées au congrès mondial sur les maladies infectieuses qui se tient actuellement à Chicago, confirment l’importance de ce virus respiratoire. Le métapneumovirus humain (MPVH) a été identifié pour la première fois en 2001 par des chercheurs hollandais chez de jeunes enfants souffrant d’infections respiratoires. L’équipe de Guy Boivin a retrouvé ce virus chez 6% des enfants de 0 à 3 ans admis au CHU de Laval (Canada) l’hiver dernier. Ces enfants, hospitalisés 4 à 5 jours en moyenne, étaient soignés pour une bronchite, une bronchiolite ou une otite. Des chercheurs britanniques, qui ont suivi plus de 300 enfants pendant deux ans, ont identifié le métapneumovirus humain dans 8% des cas. Les enfants seraient très tôt en contact avec ce virus, affirment de leur côté des chercheurs israéliens qui ont découvert la présence d’anticorps dirigés contre le MPVH chez 80% de nouveau-nés âgés de 0 à 2 mois. Le MPVH fait partie de la famille des paramyxovirus, où il côtoie des métapneumovirus aviaires –n’infectant que les oiseaux- ainsi que le virus respiratoire syncitial (VRS), responsable d’un grand nombre de bronchiolites chez les petits. Comme le VRS, le métapneumovirus humain serait l’une des causes de la respiration sifflante qui caractérisent les infections pulmonaires des enfants. Le 43ème congrès sur les agents antimicrobiens et la chimiothérapie (ICAAC), organisé par l’Association Américaine de Microbiologie, se tient jusqu’à mercredi à Chicago (Etats-Unis). C.D. (15/09/2003)

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires