Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 09:46
On connaît depuis longtemps la corrélation entre l'âge élevé de la mère à la conception et le risque d'une maladie génétique chez l'enfant, en particulier la trisomie 21. Mais qu'en est-il, symétriquement, de l'âge du père ? Des travaux récents (*) suggèrent un lien analogue entre la probabilité d'autisme et l'âge élevé du père : les enfants nés d'un père de plus de 40 ans auraient un risque d'autisme presque six fois plus grand que ceux d'un père de moins de 30 ans. Ce phénomène est interprété comme un indice de mutation génétique défavorable (mutation de novo) s'aggravant avec le temps, dans la lignée germinale paternelle. Confirmant du même coup le caractère universel de l'autisme, indépendamment de la culture, le British Journal of Psychiatry publie une étude japonaise exploitant des données recueillies auprès de 84 patients avec autisme et de 208 sujets-contrôles. Les auteurs retrouvent une amplification du risque d'autisme dans la descendance de pères âgés, en particulier de « l'autisme de haut niveau » (type syndrome d'Asperger) ou du moins d'un autisme non associé à une grande déficience intellectuelle (QI >= 70 au WISC-III ou à la WAIS-R). C'est d'ailleurs la première étude à explorer, sous l'angle des autistes de haut niveau, ce lien privilégié entre âge du père et autisme. En revanche, contrairement au déterminisme de la trisomie 21, l'élévation de l'âge maternel n'accroît pas de manière statistiquement significative le risque d'autisme. Si d'autres facteurs ou cofacteurs restent à préciser (rang de naissance dans la fratrie, âge des parents au mariage...), gageons que cette étude ne manquera pas de réactiver le débat, souvent passionné, sur le déterminisme au moins en partie génétique de cette affection, trop longtemps considérée comme de nature exclusivement psychogène, du moins en France où le courant psychanalytique a tenu longtemps la pédopsychiatrie pour sa chasse gardée, au mépris de l'apport venu de l'épidémiologie et du courant comportementaliste. (*) cf. http://autisme-info.blogspot.com/2006/09/les-pres-gs-auraient-un-risque-accru.html Kenji J. Tsuchiya : Paternal age at birth and high-functioning autistic-spectrum disorder in offspring. Br Journal of Psychiatry 2008, 193-10 : 316-321. 10/12/08 (JIM) Dr Alain Cohen

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article

commentaires