Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 23:05
La possible toxicité de l’aluminium est l’objet de nombreux débats et travaux au sein de la communauté scientifique et médicale. Alors que la présence de sels d’aluminium dans certains vaccins a récemment été l’objet de nouvelles interrogations, avec la proposition d’un moratoire en la matière par un groupe de députés, la teneur en aluminium de certains produits cosmétiques revient aujourd’hui sur le devant de la scène. L’aluminium est notamment utilisé dans les déodorants pour ses qualités antiperspirantes, quand les produits n’en contenant pas ont en réalité pour simple effet de masquer les odeurs liées à la transpiration. Les risques liés à la présence d’aluminium dans ces sprays sont discutés de longue date, tant est si bien que l’année dernière, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) a consacré un rapport à cette question. Ses conclusions se révélaient plutôt rassurantes : « aucun élément pertinent ne permet de considérer que l’exposition par voie cutanée à l’aluminium présente un risque cancérogène ». Néanmoins, application extrême du principe de précaution oblige et en raison des autres risques potentiels associés à l’aluminium (notamment neurotoxiques), l’AFSSAPS préconisait de « restreindre la concentration d'aluminium dans les produits antitranspirants ou déodorants à 0,6 % ». Cette recommandation est-elle respectée ? Pas sûr, si l’on en croit les résultats d’une enquête menée par 60 millions de consommateurs qui a consisté à tester 14 produits pour femme et homme et qui a révélé que six d’entre eux présentaient des concentrations supérieures aux 0,6 % évoqués par l’AFSSAPS. Pour certains déodorants testés, la teneur pouvait aller jusqu’à 2 % d’aluminium. Par ailleurs, 60 millions de consommateurs observe que la recommandation de l’AFSSAPS de faire figurer sur l’emballage la nécessité de ne pas utiliser ce type de produits « après le rasage ou en cas de lésion de la peau » ne figure, dans les faits, jamais entièrement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article

commentaires