Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 07:53
Les progrès conjugués des neurosciences et de la génomique incitent les chercheurs à explorer des pistes organiques pouvant conduire au déterminisme (même partiel) de la schizophrénie. Fruit d’une collaboration entre chercheurs des États-Unis (Mount Sinai School of Medicine, New York), de Grande-Bretagne (King’s College de Londres), et de Grèce (Faculté de Médecine, à l’Université de Crète), une étude s’intéresse aux anomalies possibles des nœuds de Ranvier [1] (NdR) dans la schizophrénie. Ces structures représentent en effet des « interfaces entre la myéline et les axones » et leur dysfonctionnement éventuel plaiderait pour l’existence d’une « pathologie des connexions neuronales » (connectivity syndrome) dans cette psychose. Les chercheurs espèrent ainsi identifier des gènes et des protéines impliqués dans la formation et le fonctionnement des NdR (encore assez méconnus). S’appuyant notamment sur des analyses post-mortem des tissus cérébraux, sur des analyses complémentaires PCR [2] et Western Blot [3], et sur des résultats plus classiques d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle et de scores d’évaluation cognitive, cette étude met en évidence « des anomalies des gènes et des protéines compromettant l’intégrité des NdR » et suggère que l’altération de ces structures pourrait constituer le « substrat des troubles de la connectivité » fortement suspecté dans la physiopathologie de la schizophrénie. Ces conclusions semblent confortées par la baisse des RNAmessagers de nombreux gènes et la présence d’un certain allèle du gène ANK3 codant pour l’ankyrine [4] : cet allèle (rs9804190 C) [5] serait associé à la fois à « un niveau plus faible d’ARNmessager, à un risque accru de schizophrénie, et à des résultats médiocres » dans l’exploration de la mémoire de travail et des fonctions exécutives. [1] http://fr.wikipedia.org/wiki/N%C5%93ud_de_Ranvier [2] http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/PCR/index.htm [3]http://fr.wikipedia.org/wiki/Western_blot#cite_note-1 [4] http://en.wikipedia.org/wiki/Ankyrin [5] http://www.biomedcentral.com/content/pdf/1471-244X-11-103.pdf À noter toutefois que cette autre étude (Alejandro Gella et al. : ‘‘L’ankyrine constitue-t-elle un facteur de risque génétique pour des pathologies psychiatriques ?’’) ne confirme pas, pour son compte, l’association évoquée ici de cet allèle du gène ANK3 au risque de schizophrénie. Dr Alain Cohen 14/03/2012 Roussos P et coll. : Molecular and genetic evidence for abnormalities in the nodes of Ranvier in schizophrenia. Arch Gen Psychiatry 2012; 69-1: 7-15. http://www.jim.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Concept
commenter cet article

commentaires