Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 08:40
Dietrich Klinghardt (contribution 2008) sur DVD sous www.ink.ag et www.steinhardtverlag.de ​Le Dr Klinghardt montre des images au microscope de nombreuses borrélies qui entourent un globule blanc, et le terrassent. ​Normalement les microbes fuient devant les cellules tueuses du système immunitaire, cependant les borrélies attaquent, endommagent et tuent ces dernières, ou bien ils les pénètrent et vivent intracellulaires. ​Ce qui est triste c'est que l'école de médecine part du fait que lorsque le système immunitaire ne produit pas d'anticorps, le patient n'a pas de borréliose. D'autre part les anticorps doivent être trouvés dans le sang où les borrélies ne se trouvent pas, elles vivent de préférence dans les tissus et sont destructrices des cellules des tissus. ​C'est un non sens que le standard du diagnostic soit ce test d'anticorps. ​Etablir la présence de borrélies de la plus facile et meilleure façon est le microscope. Tout du moins dans les stades ultérieurs, chroniques, quand le système immunitaire est au plus bas à cause de l'activité des agents pathogènes et effondré, la preuve doit se faire au microscope, pas avec la méthode indirecte. ​On n'examine pas assez au microscope, c'est devenu presqu'étranger à la médecine, on gagne moins d'argent qu'avec les examens de laboratoire. Nous devrions beaucoup plus regarder au microscope pour voir directement les agents pathogènes. Ils sont présents dans le collagène, dans les tissus, les nerfs, les vaisseaux, les fascias, la peau, les muqueuse, et même dans les cellules cancéreuses. ​Quand on traite aux antibiotiques au minimum 3 mois, les scientifiques les plus rigoureux ainsi que moi-même signifions que dans les premiers stades, il faut plutôt traiter 1 an1/2, car après 1 an1/2 les kystes disparaissent. ​Les kystes se formeraient pendant le traitement antibiotique pour protéger les agents pathogènes et les rendre inaccessibles aux médicaments. Mais ces kystes ont un temps déterminé de survie. C'est pourquoi tant de patients rechutent après un temps trop court de traitement. ​Dans un stade tardif, il est important de combiner les antibiotiques.et de toujours penser aux co-infections. ​Au début, avec la bartonella, associer quinolone et tétracyclyne, au 2ème mois avec babesia zithromax plus mepron un antimalarique., au 3 ème mois des perfusions de rocéphine avec du métronidazole ou tinidazol(fasigyne). C'est un programme de base, si vous avez reçu un traitement trop court et non combiné, c'est comme si vous n'aviez pas été traité. 2 ​Les noyaux de la bactérie se protègent les uns les autres et construisent avec d'autres noyaux des couches de bio-film principalement dans l'intestin, le cerveau, le système nerveux, les fascias, les dents. ​Ces bio-films sont chargés de toxine de telle sorte que le système immunitaire ne peut y pénétrer et que ce sont les toxines qui occasionnent les symptômes de la borréliose, et pas les noyaux de la borrélie directement. Cela vaudrait pour les toxines qui occasionnent, réactions et fausses réactions du système immunitaire.Dans la guérison la génétique tient un rôle essentiel, ​Il y a peu de patients atteints de sclérose en plaque pour lesquels on ne retrouve pas de borrélies. L'enveloppe de la borrélie avec ses antigènes n'est pas différenciable de la myéline des nerfs, les spirochètes ressemblent aux cellules du système nerveux. ​Le système immunitaire a 2 possibilités, ou bien il laisse les deux en paix ou il attaque les spirochètes et les couches de myéline. Dans la sclérose en plaque, la myéline est attaquée car elle ressemble à l'enveloppe des spirochètes. Pourquoi donc ne pas combattre les bactéries dans la sclérose en plaque plutôt que d'administrer des médicaments ? ​Quelles sont les maladies qui sont typique d'une borreliose chronique non reconnue ou trop tard ou mal soignée ? Les maladies neurologiques, et psychiatriques telles les polyneuropathies, polyradiculites, polymyalgies, myelopathie, paralysie, SLA, SEP, dépression, schizophrénie, démence … La neuroborreliose, ressemble à la syphilis. ​Chez presque tous les patients atteints d'Alzheimer on peut trouver des spirochètes dans le cerveau, l'herpès est souvent concomittant., et quand on traite précocément on peut stabiliser les malades du Parkinson ​Dans le problème de thyroïde, les problèmes auto-immuns comme le lupus la sclérodermie, la polyalgie ce serait identique. ANOREXIE​Par ailleurs, j'ai traité 8 jeunes filles dans les 5 dernières années par des thérapies antimicrobiennes. ​Beaucoup de malades de la borreliose ont un rythme cardiaque accéléré, la cardiomyopathie et l'arythmie sont fréquentes. ​L'épilespsie chez les enfants se trouve souvent associée avec la bartonella, les enfants ne devraient pas avoir de chats à la maison, ils sont porteurs d'agents pathogèness comme la toxoplasmose, la tularémie, la bartonellose et toutes sortes de virus. Sans virus d'oreillons, d'herpès, ou de borrelies, il n'y a pas de sclérose en plaque. Dans la SLA il y a présence de mycoplasme, dans le Parkinson, bartonella et babesia. Une des causes du cancer du sein est le virus d'Epstein-Barr. Les mycoplasmes et d'autres virus y participent. ​Une des causes les plus fréquentes de CFS (fatigue chronique ?) est le virus humain de l'herpès type 6 fabriqué par les militaires, les borrélies, Epstein Barr et les staphylocoques (coagulase négative) sont incriminés ainsi que la pollution environnementale, les amalgames dentaires au mercure, l'électro-pollution. 3 ​ ​Il existe des liens entre la borreliose et les amalgames. Des tâches rouges à proximité du ventre indiquent une babesiose. ​Seulement 24 % des malades de borreliose ont des problèmes d'articulation tels que l'arthrite. Il faut noter que le système immunitaire est affabli par une une longue exposition aux agents pathogènes ou à des expositions répétées. ​ ​Dans le cas de la borréliose, le système immunitaire n'est pas véritablement affaibli, c'est seulement des parties du système qui le sont , qui sont désorientées et ineffectifs. Un bon système immunitaire vient à bout de tout. ​Chez seulement 25 % des patients survient un E.M. Je suppose que l'E.M est le signe d'une réinfection. Lors de la première piquüre il y a rarement cet E.M ​Les cas « lourds » indiquent des réinfections et co-infections. ​A propos du test avec les AC, le test devient positif quand le malade est traité, par exemple après un traitement antibiotique la charge d'agents pathogènes est réduite et les lymphocytes peuvent réagir et produire des A.C. ​Après un contact avec la borrélie, une paire de minutes après, elles sont dans le système nerveux. C'est étonnant à quelle vitesses elles s'introduisent dans les tissus, elles sont plus rapides que le sang et les cellules immunitaires. En quelques secondes, les borrélies avec leurs mouvements en forme de vrille s'infiltrent de la tête à la vessie pas par le sang mais les tissus. ​Les borrelies peuvent être transmises d'être humain à être humain par relation sexuelle, une fois suffit, le sperme et les sécrétions sexuelles féminines sont souvent pleines de spirochètes. Dans 1/3 des flacons de sang de transfusion, il y a des borrélies (non contrôlés) les moustiques et les puces sont vecteurs. ​>Transmission au foetus : beaucoup d'enfants viennet au monde normalement et présentent plus tard de l'hyperactivité des difficulutés d'apprentissage, certains deviennent autistes après vaccination, un enfant infecté ne supporte pas les vaccinations. Les problèmes de fausse couche peuvent y être liés. Les borrélies sont dans le lait non pasteurisé. ​Lors d'une piqûre de tique diverses autres bactéries peuvent être transportées, borrelies, babesia, (80% des borrélioses) ehrlichia, coxiella, bartonella, mycoplasme (difficiles à soigner par antibiotiques, après 1 an ½ d'antibiotiques, seuls 60 % sont éliminés, des huiles de plantes ozonisées, et du peroxyde de plantes seraient plus efficaces) ​Le meilleur test de dépistage des mycoplasmes est le CD57. ​100 – 300 normal ​60-100 borreliose ​moins de 60 borreliose et mycoplasmes ​90 % des spirochètes vivent dans le système digestif, 10 % dans les tissus où ils causent la majeure partie des problèmes par exemple dans les nerfs ou le cerveau. 4 ​Les microbes disposent de beaucoup de mécanismes d'action, l'un des plus importants est de mettre sous silence la production d'hormones. Les bactéries telles les borrélies qui vivent avec nous et le veulent le plus longtemps possibles inhibent la production de l'hormone de croissance (les spirochètes et les chlamydia). ​Les polluants tels que le mercure et les infections réduisent la production de testotérone et les réactions immunitaires, ainsi que les champs magnétiques produits par les téléphones cellulaires et les appareils électro-ménagers;​ ​La mélatonine commande le système veille -sommeil, le processus de vieillissement, protège du cancer, fournit l'énergie et soutient le coeur, augmente l'activité du système immunitaire et est un antioxydant potentiel, protège le cerveau des dommages dûs aux métaux lourds. ​La mélatonine est la substance qui détoxifie le cerveau, les nerfs. La propolis montre des effets similaires à la mélatonine et traverse la barrière hémato-encéphalique sans problèmes. La mélatonine est l'antidote, des polluants environnementaux, des métaux lourds, et des biotoxines de bactéries, de virus et champignons. Il faut éviter les champs électromagnétiques pour permettre à la mélatonine d'être produite en quantité suffisante. ​Ces combinaisons fatales aboutissent à l'augmentation rapide des maladies neurologiques surtout chez les enfants qui ont peu de protection au niveau du cerveau et les personnes âgées chez qui les maladie neurologiques progressent extraordinairement; ​Si par exemple on fait pousser des champignons sous une cage de Faraday on peut mesurer les mykotoxines qui se détachent et combien de toxines sont libérées et combien elles sont puissantes. ​Ensuite si l'on enlève ce couvercle et qu'on expose cette culture à l'influence d'un téléphone cellulaire, l'activité de cette culture augmente 600 fois, cela veut dire qu'il y a 600 fois plus de toxines libérées. Les bactéries réagissent au stress en libérant des toxines. Les bactéries communiquent avec nous au travers de la maladie et nous disent : depuis que vous avez ces téléphones nous n'allons pas bien et vous le faisons savoir. La pollution électrique mène à ce que les hormones qui font grossir augmentent et celles qui font perdre du poids diminuent. ​La pollution électrique et le mauvais sommeil copntribuent de manière importante à ce que les neurotoxines libérées par les bactéries nous fassent grossir car les tissus emmagasinent ces poisons et de cette façon protègent le système nerveux. ​Souvent être gros protège contre les toxines. ​Les maladies virales existent avec en arrière-plan un appauvrissement des méthylgroupes et une intoxication aux métaux lourds; PLUM ISLAND : Le virologue allemand Erich Taub dirigeait le laboratoire américain conçu pour la guerre biologique combina les borrélies avec des virus agressifs. ​Au début des années 1950, ill revint à Tübingen, le laboratoire dépérit, les militaires n'y avaient plus d'intérêt, la guerre de Corée était finie, le gouvernement américain était en faillite. 5 ​Il y a des photos du laboratoire détruit avec à ses abords des chevreuils broutant qui partirent lors des marées et dispersèrent les agents pathogènes. ​Plum Island est situé près de la côte du Connecticut près de New York au milieu de la ligne de migration, ainsi beaucoup d'oiseaux atterrirent de l'Atlantique et s'en allèrent, emportant les bactéries. ​La vigne comporte depuis les 40 dernières années les bactéries avec mycoplasmes, le virus de l'herpès, le CMV combiné et nous supposons que c'est cette avalanche de combinaisons qui nous arrive dessus. ​ ​ Le soin des infections chroniques comme la borréliose comprend 4 phases : ​1 – DEPOLLUTION ​(métaux lourds, biotoxines, pollution environnementale) ​ Les toxines comme consolidation des bactéries les rendent inaccessibles aux antibiotiques, aux herbes; contre tous les moyens qu'on met en oeuvre pour les détruire. ​ Premier pas, détruire cet édifice, nous avons un protocole avec des moyens naturels et puis de l'E.D.T.A, en perfusion, DMPA, DMSA, DMPE, un nouveau moyen OSR, la colestyramine fonctionne seulement chez 8 % des patients avec la borreliose. ​ ​Pour détoxifier ail séché réfrigéré et la coriandre,, des phospholipides, CVE, CGF, de la chlorella nanorisé pour le cerveau, l'hydrothérapie du colon, le drainage lymphatique, le sauna, le hamman, biens de pied à température progressive. ​ ​ Utiliser la mélatonine pour dépolluer des biotoxines, pas le glutathion, l'acide alpha lipon …? ​ Le téléphone cellulaire rend la barrière hémato-encéphalique perméable aux poisons. Toute bonne thérapie devrait commencer par l'amélioration du sommeil. ​2 AMELIORATION DU METABOLISME ET DE LA PHYSIOLOGIE; ​ Normalisation des valeurs PH alimentation, bio, diète, vitamines, minéraux, acides aminés en concentration élevée suivant la situation, traiter tous les déficits. ​ Le magnésium oral nourrit les spirochères, le fer nourrit les babésias. ​ Pas d'amalgame, pas de dents métallique, le moins de pollution électrique, vivre sainement, avoir une activité physique modéreée dans la nature, oxygénation,soutien du système immunitaire. ​3 THERAPIE ANTI-MICROBIENNE ​ Combinaison d'herbes et de plantes énergisées rizole ? ​ Combat contre les bio-films avec allicin et natrium EDTA, terre qui soigne à jeun. Silicium, agents protecteurs :ail séché, congelé, ail des ours, chlorella (contre CMV, listéria) oméga 3 natrium chlorit (MMS), gamma et zet rizole 'ozonisation de plantes et huiles). ​ Combat contre les bio-films avec allicin et natrium EDTA, terre qui soigne à jeun. Silicium, agents protecteurs :ail séché, congelé, ail des ours, chlorella (contre CMV, listéria) oméga 3 natrium chlorit (MMS), gamma et zet rizole 'ozonisation de plantes et huiles). izole (ozonisation de plantes et huiles) 4 PROTECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE ET IMMUNOMODULATION ​ Dans les infections chroniques et surcharges de toxiques, le système immunitaire est détourné, trompé, inhibé, les principaux symptômes reposent sur l'immunité, peu ou pas sur les agents pathogènes. ​ Il faudrait rétablir l'équilibre entre TH1, TH2, TH3, réduire les cytokines inflammatoires et optimiser les activités des N.K cellules. ​ Si possible utiliser les mesures mentionnées ci dessus.. ​ et en plus : psychothérapie, méditation, plantes énergisées, thérapie ENDERLEIN (cf document joint ENDERLEIN zoologiste et bactériologiste allemand), thérapies à photons, oxygène, antiviraux, antimycosiques, antiparasitaires.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chronimed - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires

amjjg 18/05/2015 00:05

Bonjour,

Quelqu'un pourrait-il me donner la liste des spécialistes français (et étrangers si possible) de la maladie de Lyme?
Réponses très attendue
Merci!

remboursement orthodontie 21/05/2013 18:27

Bonjour,
Les maladies chroniques nous concernent tous donc il faut s'en protéger.

Grégory 29/05/2012 21:42

Merci beaucoup pour votre réponse,

Je posais la question car j'ai comme traitement actuellement de la ceftriaxone IV, de la levofloxacine (pour la bartonella) et du plaquenil. J'ai peur que cette combinaison ne favorise la formation
kystique de la borrélia, surtout après avoir lu les observations d'Eva Sapi en contradiction totale avec l'étude de Brorson sur le plaquenil. J'essaierai de parler à mon médecin du Tinidazole lors
de ma prochaine consultation...

Grégory 24/04/2012 16:16

Bonjour et merci pour cet article passionnant,

J'aurais souhaité savoir si l'hydroxychloroquine avait une action in vivo sur la forme kystique de la borrélia en l'absence de l'assistance d'un macrolide ou d'un cycline.
Le plaquenil prévient-il la formation kystique de la borrélia durant un traitement à base de ceftriaxone par exemple?
Je vous remercie de votre réponse,
Cordialement

Chronimed 25/05/2012 17:51



Cette question est encore contreversée et n'a pas de réponse définitive . S'en remettre à l'avis du ou des médecin(s) traitant(s) Bien à vous 



mutuelle 20/04/2012 16:14

Merci pour les renseignements sur la maladie des systèmes immunitaires.