Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 23:20

Aluminium dans les déodorants : une étude relance le débat

Par Guillaume Poingt

Mis à jour le 04/08/2017

Aluminium dans les déodorants :

une étude relance le débat Accusés de favoriser le développement du cancer du sein, les sels d’aluminium contenus dans les anti-transpirants suscitent la controverse.

Une étude autrichienne accuse l’aluminium, présents dans certains anti-transpirants, de favoriser le développement du cancer du sein.

Une conclusion loin de faire consensus parmi la communauté scientifique. Une récente étude autrichienne - publiée en juin 2017 dans la revue EBioMedicine - vient relancer un véritable «serpent de mer»: le débat sur les dangers pour la santé des sels d’aluminium présents dans certains anti-transpirants.

Les chercheurs de l’université d’Innsbruck ont comparé 209 femmes souffrant d’un cancer du sein et 209 femmes en bonne santé.

Selon eux, l’utilisation d’un anti-transpirant contenant de l’aluminium - plusieurs fois par jour - sur des aisselles rasées et depuis un âge inférieur à 30 ans, doublerait le risque de cancer du sein.

«Quand on rase les aisselles, cela provoque des lésions sur la peau et l’aluminium peut pénétrer plus facilement», analyse Romain Gherardi, professeur de médecine à l’hôpital Henri Mondor de Créteil, neuropathologiste et auteur de l’ouvrage «Toxic Story».

En 2016, une étude suisse avait fait grand bruit en établissant un lien entre les sels d’aluminium présents dans les anti-transpirants et le développement du cancer du sein.

Deux chercheurs, le professeur André-Pascal Sappino et le docteur Stefano Mandriota, avaient mis en contact des cellules mammaires de souris avec des sels d’aluminium.

Quelques mois plus tard, ces cellules avaient été injectées à des souris.

«Chez toutes, on a constaté le développement de tumeurs à des degrés divers, mais parfois très agressives, formant des métastases», expliquaient alors les deux chercheurs.

Même si leurs conclusions étaient basées sur un modèle animal, les deux scientifiques invoquaient le principe de précaution pour l’homme.

Pas de «risque cancérogène» pour l’ANSM Mais ces études ne font pas consensus.

Pour le Dr William Jacot, oncologue sénologue au centre anticancéreux de Montpellier, «le niveau de preuve est insuffisant et il n’y a aucune certitude sur les risques liés aux sels d’aluminium des antitranspirants dans le développement des cancers du sein».

Le scientifique remet notamment en cause l’échantillon «trop petit» sur lequel se base les chercheurs autrichiens.

L’usage intensif d’un déodorant, avant l’âge de 30 ans, ne concerne en effet que 27 des 418 femmes de l’étude.

Quant à l’étude suisse de 2016 portant sur les souris, il évoque une «extrapolation trop rapide» à l’homme.

Contactée par Le Figaro, l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) réitère les conclusions qu’elle avait déjà établies dans un rapport de 2011.

L’ANSM avait alors estimé qu’ «aucun élément pertinent ne (permettait) de considérer l’exposition par voie cutanée à l’aluminium comme présentant un risque cancérogène» tout en émettant deux recommandations importantes: limiter la concentration d’aluminium dans les anti-transpirants à 0,6%, et ne pas les utiliser sur une peau lésée ou irritée.

En mars 2014, le SCCS (Scientific Committee on Consumer Safety) - rattaché à la Commission européenne - avait lui aussi rendu un avis et expliqué «qu’en raison de l’absence de données suffisantes sur la pénétration cutanée pour estimer la dose interne d’aluminium suite à des utilisations cosmétiques, l’évaluation du risque ne (pouvait) être effectuée».

Le sujet est toujours en discussion au niveau européen même si aucune décision n’a été rendue par la Commission européenne à ce jour.

Dernièrement, la Commission a de nouveau mandaté le SCCS afin d’établir un nouvel avis: de nouvelles données scientifiques seront apportées d’ici à octobre 2017.

Votre déodorant contient-il de l’aluminium?

Pour savoir si votre déodorant contient de l’aluminium, il faut vous référer à la liste des ingrédients située sur le récipient ou l’emballage.

La réglementation des produits cosmétiques impose en effet aux marques de faire figurer - de manière lisible - «la liste des ingrédients dans l’ordre décroissant de leur quantité au moment de leur incorporation dans le produit», selon l’ANSM.

Les mentions «aluminium chloryde», «aluminium chlorohydrate», «aluminium chlorydrex», «aluminium chlorydrex», «aluminium sesquichlorydrate» ou encore «aluminium zirconium» - comme leur nom l’indique - font par exemple état de la présence d’aluminium dans les déodorants.

L’ingrédient «Aluminium chlorohydrate» est indiqué: aucun doute, ce déodorant contient de l’aluminium. L’ingrédient «Aluminium chlorohydrate» est indiqué: aucun doute, ce déodorant contient de l’aluminium. Mais tous les déodorants ne contiennent pas d’aluminium. Ce déodorant ne contient visiblement pas d’aluminium. Ce déodorant ne contient visiblement pas d’aluminium.

Quant à la pierre d’alun, que beaucoup voient comme un substitut inoffensif, elle contient aussi de l’aluminium.

«La pierre d’alun est un sel d’aluminium naturel», explique le professeur Gherardi. «Et il y a aussi de l’aluminium dans la crème solaire, les dentrifrices ou encore la levure chimique», poursuit-il.

Avant de détailler:

«L’aluminium n’est jamais neutre. Il est toujours toxique, en fonction des quantités et des individus, et très problématique quand il est au coeur du vivant».

Un avis partagé par le Dr William Jacot. «L’aluminium dans le corps n’est pas un métal neutre: c’est un métal lourd», abonde-t-il.

Au moins un point sur lequel les scientifiques sont d’accord.

Aluminium dans les déodorants : une étude relance le débat: cancer du sein.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Chronimed
  • Chronimed
  • : Les Infections Froides, concepts et maladies dégénératives, nutrition spécialisée.
  • Contact

Recherche

Liens