Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 08:24

Alerte sur les "ciseaux génétiques"

Des chercheurs tirent la sonnette d'alarme : la technologie d'édition du génome CRISPR-Cas9, testée sur des souris, entraîne des mutations "inattendues".

PAR ANNE JEANBLANC

La technologie CRISPR-Cas9, ces fameux « ciseaux génétiques » inventés par deux femmes (L'Américaine Jennifer Doudna et la Française Emmanuelle Charpentier) et capables de modifier le génome, devait ouvrir un immense champ des possibles et notamment permettre de très grandes avancées dans les domaines de la médecine et de l'agriculture.

Mais l'appel à la prudence, lancé par Kellie Schaefer de l'université d'Iowa City et ses collègues dans la revue Nature Methods de juin, risque de tempérer cet enthousiasme.

Car utilisée chez l'animal pour corriger une maladie, CRISPR-Cas9 a entraîné un taux élevé de mutations imprévues.

Elle pourrait donc être moins sûre que prévu.

En pratique, cette technologie – dite d'édition ou encore d'ingénierie du génome – utilise une enzyme capable de couper l'ADN (un « ciseau à ADN »), couplée à un ARN spécifique afin de cibler précisément la séquence d'ADN que l'on veut modifier.

Elle est souvent décrite comme assez précise pour ne modifier que quelques lettres sur les milliards que compte notre ADN.

Grâce à elle, il est donc possible d'inactiver un gène, d'ajouter des séquences d'ADN ou encore de modifier une séquence, par exemple pour corriger une mutation responsable d'une maladie.

Jusqu'à présent, les études conduites in vitro, sur des cellules en cultures, laissaient supposer que cette technique agissait seulement sur la séquence d'ADN à modifier, sans toucher au reste du génome.

On pensait qu'il en allait de même in vivo, donc chez l'animal et chez l'homme.

Des essais déjà en cours

Or, en analysant le génome entier de deux souris qui avaient été traitées pour une maladie oculaire avec la technologie CRISPR-Cas9, les chercheurs américains ont remarqué plus de 1 500 modifications « inattendues » de l'ADN ailleurs sur les chromosomes.

Près de la moitié d'entre elles se situaient dans des zones contenant des gènes connus, donc avec un risque potentiel de créer des complications pathologiques.

De plus, la majorité des mutations détectées étaient observées de façon identique chez les deux rongeurs.

Bien que ces derniers n'aient pas présenté d'anomalie visible, il existe toujours un risque que des complications surviennent ultérieurement ou que des problèmes soient transmis aux générations suivantes, notent les chercheurs.

Ils estiment qu'avant de passer à des essais chez l'homme, il va donc falloir étudier de façon plus approfondie ce risque potentiel de « mutations off-target ».

Selon eux, « des travaux sont nécessaires pour améliorer la fidélité » de cette nouvelle technologie si l'on veut l'utiliser sans danger.

C'est ce que précise un communiqué de l'université Columbia à New York.

Or quelques essais sont déjà en cours, notamment une étude clinique en Chine.

Et une autre devrait démarrer l'an prochain aux États-Unis…

Publié le 02/06/17 Source lepoint.fr

Alerte sur les "ciseaux génétiques" CRISPR-Cas9.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires