Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2017 7 01 /10 /octobre /2017 16:34

Acariens : 30 % des tiques vivent dans nos jardins

Émilie Torgemen | 01 octobre 2017,

Même à Paris, les tiques prospèrent...

C'est surprenant, mais près d'un tiers des personnes attaquées par cet acarien le sont chez elles, selon des données que nous révélons.

Feuillesaux couleurs de l'automne et températures encore clémentes.

La période est propice aux balades en forêt et... aux attaques de tiques. Maël, 11 ans, en sait quelque chose.

« On en a retiré une sur sa jambe après une sortie scolaire en forêt, explique son père. Une semaine après, on s'est rendu compte qu'il en avait une seconde dans les cheveux, gorgée de sang. Nous avons filé chez le médecin qui nous a envoyés aux urgences.

» Résultat, une grosse frayeur et trois semaines d'antibiotiques. Cet acarien, premier vecteur de maladies humaines dans le monde après le moustique, est en pleine recrudescence dans toute l'Europe et l'Amérique du Nord.

Sans doute sous l'effet du réchauffement climatique, on en a capturé jusque dans les Alpes à plus de 1 500 m d'altitude alors qu'en 1950 on n'en trouvait pas au-dessus de 800 m. -

Pour améliorer les connaissances sur cette propagation, l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) a lancé en juillet une application permettant de signaler l'animal.

Surprise : 30 % des personnes attaquées le sont dans leur jardin.

« Il ne s'agit que d'à peine deux mois d'observation mais des études belges, suisses et hollandaises sont arrivées aux mêmes conclusions.

Cette proportion est impressionnante », commente Jean-François Cosson, un spécialiste de l'Inra.

Transmise par la tique, la maladie de Lyme touche des dizaines de milliers de personnes chaque année

Selon l'institut, les forêts restent l'environnement le plus dangereux (47 % des cas).

« Mais quand on fait une partie de foot derrière sa maison, on est moins conscient des risques et donc moins bien protégé », poursuit Jean-François Cosson.

Les tiques peuvent être transportées à dos de rat, de chien ou d'oiseau et se laisser ensuite tomber sur nos pelouses.

Cet acarien qui « n'a pas une vie bien folichonne », commente Jean-François Cosson, ne fait que trois repas au cours de sa brève vie (de deux à quatre ans).

Pour se nourrir, il plante son rostre, une sorte de bec dentelé, dans la peau de son hôte et se gorge de sang pendant une semaine.

Le reste du temps, il reste « en veille » dans les herbes ou les feuillages. -

« En général, les personnes piquées ne s'en rendent pas compte parce que la tique injecte un anesthésiant au moment où elle pique », rappelle Thierry Medynski, médecin membre de la Fédération française contre les maladies vectorielles à tiques.

C'est pour cette raison qu'il faut s'inspecter scrupuleusement après une sortie... même dans son jardin.

Les tiques sont notamment responsables de la maladie de Lyme, dont on recense 27 000 nouveaux cas par an en France.

Cette pathologie évolue en trois stades. D'abord, et c'est le signe à surveiller de près : jusqu'à trente jours après l'inoculation, un cercle rouge s'étend progressivement autour de la piqûre.

A ce stade, le patient guérira facilement avec quinze jours d'antibiotiques.

En revanche, si vous loupez le coche, il faut consulter. Il y a alors un risque d'entrer dans la deuxième phase de l'infection, où des atteintes cardiaques, rhumatologiques (arthrite) ou neurologiques (méningite lymphocytaire, paralysie faciale) sont à craindre.

Là, un traitement plus lourd doit être pris pour éviter d'en arriver au troisième stade, celui de la maladie chronique.

Quelles précautions prendre ?

Pour limiter les risques d'avoir des tiques dans son jardin,

« coupez la végétation, élaguez la base des arbres, enlevez les tas de feuilles et scellez les murs de pierre et les allées empierrées », conseille Jean-François Cosson, de l'Inra.

Lors d'une sortie en forêt, mieux vaut porter une casquette, des chaussettes et un pantalon.

Aspergez-vous aussi de répulsifs.

« Vous pouvez utiliser les mêmes produits que pour les moustiques, mais tous ne sont pas valables.

Demandez à votre pharmacien », conseille Jean-François Cosson.

Enfin, évitez de vous allonger sur la pelouse et de marcher dans les herbes hautes.

En cas de morsure, retirez rapidement le parasite. « Plus la tique est enlevée vite, moins vous avez de risque d'être infecté », souligne le docteur Thierry Medynski.

Pour cela, tirez-la avec une pince à épiler ou un tire-tique, sorte de mini-pied-de-biche en vente en pharmacie.

« C'est très facile, assure Jean-François Cosson. Il suffit de prendre la bête bien à la base en tournant un petit peu pour ôter tous les crochets. »

Le Parisien

Acariens : 30 % des tiques vivent dans nos jardins... même à Paris.
Acariens : 30 % des tiques vivent dans nos jardins... même à Paris.
Acariens : 30 % des tiques vivent dans nos jardins... même à Paris.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires