Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2017 4 28 /09 /septembre /2017 16:08

Levothyrox : commission d’enquête parlementaire et nouvelles spécialités annoncées

 

Sans aller jusqu’au mea culpa on aurait pu espérer une esquisse d’ auto-critique.

On attendra.

L’Agence nationale de sécurité des médicaments (ANSM) revient sur le dossier Levothyrox comme si elle n’était pas concernée.

« Afin de proposer un choix de traitement aux patients souffrant de troubles de la thyroïde et d’apporter des solutions à certains patients qui continuent à rencontrer des effets indésirables avec le Levothyrox, l’ANSM met à disposition d’autres médicaments à base d’hormones thyroïdiennes, actuellement commercialisés en Europe.

Dès mi-octobre, les professionnels de santé et les patients disposeront de quatre médicaments : Levothyrox comprimé, L-Thyroxine Serb solution buvable en gouttes, L-Thyroxin Henning comprimé et, temporairement, Euthyrox comprimé (médicament équivalent à l’ancienne formule de Levothyrox). »

Médicament de bonne qualité

Où l’on apprend que « suite aux déclarations d’effets indésirables », l’ANSM a réalisé des contrôles du médicament courant septembre dans ses laboratoires.

Et que les résultats ont confirmé la « bonne qualité » du médicament accusé de ces effets indésirables. Pour les nouvelles spécialités :

1 En accord avec l’ANSM, le laboratoire Serb a augmenté la production du médicament «  L-Thyroxine Serb », solution buvable en gouttes. Cependant, cette production restant limitée, son utilisation doit être réservée prioritairement aux enfants de moins de 8 ans, aux personnes qui présentent des troubles de la déglutition et aux patients ayant déjà eu une prescription de cette spécialité avant le 31 août 2017.

2 « L-Thyroxin Henning » comprimé sécable du laboratoire Sanofi sera disponible en pharmacie dès mi-octobre. Ce médicament princeps commercialisé depuis de nombreuses années en Allemagne ne l’était pas en France. On aimerait savoir pourquoi.

On ne le saura pas. « Les boîtes seront importées d’Allemagne, précise l’ANSM. Les notices traduites en français (sic) seront remises aux patients par les pharmaciens. Par la suite, une demande d’autorisation de mise sur le marché du laboratoire permettra une commercialisation durable en France. »

3 « Euthyrox » comprimé sécable du laboratoire Merck, équivalent du Levothyrox « ancienne formule » sera temporairement disponible dès le 2 octobre – à hauteur de 90 000 traitements et sous forme de conditionnement trimestriel. Le médicament sera également accompagné d’une notice traduite en français (re-sic) remise par le pharmacien. Il devra être prescrit exclusivement en dernier recours aux patients, en nombre limité, qui rencontrent des effets indésirables durables avec les autres spécialités.

Urgentiste et journaliste

Pour compléter l’information sur l’affaire Levothyrox il faut écouter le long entretien accordé par Agnès Buzyn à Jean-Jacques Bourdin, journaliste-vedette de RMC-BFMTV.

La ministre des Solidarités et de la Santé refuse toute accusation de volte-face dans la gestion de cette crise.

Rien de prévu, à ce stade, pour une indemnisation des personnes concernées mais la ministre annonce avoir demandé une enquête pour comprendre ce qui s’est passé au sein de l’ANSM (à l’époque où Marisol Touraine était ministre de la Santé).

Au nom de la transparence, la ministre est aujourd’hui pleinement favorable à la constitution d’une commission d’enquête parlementaire.

Et pour améliorer la situation, elle a constitué une mission sur l’information des malades autour médicament.

Elle sera, annonce Mme Buzyn confiée non au Dr Michel Cymes mais au Dr Gérald Kerziek « urgentiste et journaliste qui fait beaucoup d’information médicale ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Métabolisme
commenter cet article

commentaires