Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 10:27

La polémique sur les onze vaccins obligatoires : «Ma rencontre avec la ministre Agnès Buzyn».

 

 

Obligations vaccinales.

 

Que fallait-il attendre de la rencontre entre Michèle Rivasi et Agnès Buzyn ?

 

On connaît les convictions et alertes débordantes de la première, « députée européenne écologiste et biologiste agrégée ».

 

On a appris à découvrir celle qui, succédant à Marisol Touraine, peut engager le fer derrière un visage de velours ; une ministre qui, au nom de la santé publique, va imposer onze valences vaccinales pédiatriques.

Une ministre ici ou là accusée d’avoir choisi une politique de la contrainte, faute de pouvoir convaincre – choix que combat Mme Rivasi.

La rencontre a eu lieu le 28 juillet.

« A la demande de la ministre de la Santé » précise la députée en guerre contre l’obligation vaccinale.

Un modeste camp du Drap d’Or, en somme, une initiative diplomatique « pour échanger dans un climat apaisé autour de la question de l’extension de l’obligation vaccinale ».

Adressées à la presse, les minutes de la rencontre ont été rédigées par la députée.

Désaccord acté

« Nous avons acté de notre désaccord quant à l’extension à onze vaccins de l’obligation vaccinale à l’heure où les parents sont de plus en plus méfiants et défiants face à la vaccination, écrit-elle.  

J’ai fourni à la Ministre des études qui ont été transmises aux parlementaires suédois avant leurs votes contre l’obligation vaccinale, au nom notamment de la liberté de choix thérapeutique au mois de mai dernier. »

« Certes, la Ministre a reconnu les erreurs résultant des campagnes vaccinales contre l’hépatite B et la grippe H1N1 mais nie tout problème quant aux campagnes vaccinales liées au nourrisson, ajoute Mme Rivasi.

Elle considère que pour se conformer à la demande de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), il faut atteindre un taux de couverture vaccinale de 95% minimum et que seule l’obligation vaccinale en France garantit ce taux de couverture. »

Un Comité purgé

La rencontre ne pouvait pas faire l’économie des « conflits d’intérêts dans le domaine de la vaccination ».

« La ministre dit avoir purgé l’ancien Comité Technique des Vaccinations des personnes en liens d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique » écrit Mme Rivasi qui, contestant ce point, dit  souhaiter « un pôle d’expertise indépendant pour mieux évaluer la balance bénéfices / risques ».

Autre sujet, majeur, de conflit : les risques (neurologiques, psychiatriques, articulaires et musculaires) qui pourraient éventuellement être associés aux différents adjuvants présents dans les vaccins.

« Sur cette question, la ministre considère qu’une seule équipe dans le monde (celle des Prs Authier et Gherardi) met en cause sans preuve formelle l’aluminium, écrit Mme Rivasi.

Je lui ai demandé de faire réaliser des études pour recenser la présence de nanoparticules métalliques non déclarées et en particulier de mercure, dans les vaccins et pour trouver des alternatives aux sels d’aluminium comme le phosphate de calcium. »

Ces études verront-elles le jour ?

Et, au final, que restera-t-il de ces échanges  diplomatiques ?

« Pour résumer notre rencontre, la ministre reste convaincue de la nécessité de passer en force sur ce sujet en balayant les doutes légitimes de nos concitoyens d’un revers de main (adjuvants, conflits d’intérêts, nanoparticules…) » conclut la députée.

Convictions contre convictions.

Est-ce dire que les ponts seraient rompus, que la guerre serait déclarée ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires