Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 17:14

Violences et épisiotomies : la secrétaire d’Etat à l’égalité accusée de ne pas dire la vérité

 

Comment va-t-elle pouvoir se tirer de ce bien mauvais pas ? Marlène Schiappa, 34 ans, est secrétaire d’Etat en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes. Elle était auparavant responsable du pôle « égalité femmes-hommes » du mouvement politique En marche ! d’Emmanuel Macron. Elle est aussi fondatrice et présidente du réseau Maman travaille et auteure de différents essais et romans.

Le 20 juillet Mme Schiappa a affirmélors d’une audition devant la délégation aux droits des femmes du Sénat, qu’il y avait « 75 % d’épisiotomies » en France et annonçait avoir commandé un rapport au Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes. « En France, on a un taux d’épisiotomies à 75 %, alors que l’OMS préconise, je crois normalement, d’être autour de 20-25 % (à neuf heures cinquante minutes sur la vidéo de l’audition). Il y a des pratiques obstétricales non consenties avec notamment des violences obstétricales, semble-t-il, particulièrement sur les femmes étrangères, les femmes très jeunes, et les femmes handicapées. »

Maltraitances

Le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) vient de protester contre ce qu’il juge être des « informations fausses » relayées par la secrétaire d’Etat en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa. 

« Non, madame la secrétaire d’Etat, les obstétriciens ne maltraitent pas leurs patientes et entendent à leur tour ne pas l’être par une secrétaire d’Etat mal informée », écrit lundi le président du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF), le Pr Israël Nisand.

Dans une lettre ouverte à Mme Schiappa, les membres du CNGOF se disent « à la fois surpris et profondément choqués » par « le relais » qu’elle donne à « des informations fausses ».

« Vos chiffres sont faux, affirme le CNGOF. La dernière évaluation officielle et publique réalisée en 2010 rapportait 27 %, avec une réduction de moitié depuis le décompte précédent qui était de 55 % en 1998. Lorsque vous parlez de violences obstétricales, vous maltraitez notre profession dans son ensemble. »

Que répondra Mme Schiappa ? Comment en finir au mieux avec cet affrontement ?

Et qui fera, calmement, la nécessaire pédagogie sur la pratique de l’épisiotomie ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires