Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 11:50

20 CHU magazine - N° 65 - Décembre 2012

 

La réunion de concertation pluri-disciplinaire (RCP) d’oncologie digestive qui réunit chirurgiens, oncologues, radiothérapeutes et radiologues.

Ces techniques offrent aussi une solution d’attente, notamment dans la perspective d’une transplantation d’un foie sain chez une personne atteinte d’un cancer primaire tel le carcinome hépato-cellulaire (CHC) sur foie de cirrhose.

Elles autorisent la destruction des tumeurs primitives afn de stopper la progression hépatique, étape préalable à toute greffe.

«Le pronostic des patients s’est amélioré car nous sommes désor-mais plus ouverts pour prendre en charge leur pathologie à un stade métastatique avancé» , explique le professeur Jean-Pierre Richer du service de chirurgie viscérale.

Chirurgie et méthodes dites de thermoablation peuvent ainsi se compléter.

Face à un cancer présentant de nombreux foyers de métastases hépatiques, le recours à la chirurgie seule impliquerait un acte trop lourd.

En effet, la quantité de tissu sain retiré avec la tumeur n’autoriserait plus une fonction hépatique adéquate. Le recours aux techniques mini-invasives a notamment pour

Lésions tumorales : des techniques alternatives à la chirurgie

Afn de se donner les meilleures chances pour lutter contre les cancers du foie, du pancréas, du poumon et du rein, le CHU de Poitiers met en pratique des techniques mini-invasives en complément de la chirurgie.

avantage d’éliminer une partie des foyers tumoraux tout en préservant davantage le parenchyme ; la chirurgie étant réservée aux sites les plus importants.

Bien que moins agressives que la chirurgie, la radiofréquence tout comme les micro-ondes ont pour conséquence de détruire les structures anatomiques saines (artères, vaisseaux, nerfs…) à proximité de la zone de traitement. Là, réside la principale limite de ces méthodes. Ce n’est pas le cas en revanche d’une technique en devenir comme l’électroporation.

C’est pourquoi le CHU de Poitiers s’intéresse de près à cette méthode qui consiste à soumettre la tumeur à un champ électrique important (3 000 volts) provoquant la destruction du fonctionnement de la cellule cancéreuse (apoptose).

Elle rend envisageable l’intervention dans des sites inaccessibles jusqu’alors comme autour des vaisseaux mésentériques dans le cas du cancer du pancréas.

Une fois ces vaisseaux dégagés par électroporation de la tumeur qui l’enserre, cette dernière pourra être enlevée par voie chirurgicale.

Un protocole de recherche – initié par le professeur Jean-Pierre Tasu du service de radiologie, le docteur David Tougeron du département d’oncologie médicale et les professeurs Michel Carretier, Jean-Pierre Richer et Jean-Pierre Faure ainsi que le docteur Riccardo Gauzolino du service de chirurgie viscérale du CHU de Poitiers – réunit au-jourd’hui les centres hospitaliers de Tours, Angers, Nantes et Rennes.

Le CHU de Poitiers, promoteur de cette recherche, sera le premier établissement en France à proposer d’évaluer de façon scientifique cette méthode.

Dans le traitement des tumeurs cancéreuses solides, l’exé-rèse chirurgicale demeure l’acte à privilégier.

Si l’association radio-thérapie et chimiothérapie peut stériliser, mais rarement, certaines tumeurs, seule la chirurgie permet de retirer complètement la lésion tumorale.

Dans de nombreux cas (pathologie rendant la chirurgie trop risquée, tumeur trop répandue ou inaccessible), ce geste peut être contre-indiqué ou insuffisant.

Afin de compléter l’acte chirurgical, le CHU a acquis une expertise dans les méthodes de destruction des tumeurs par la chaleur : la radiofréquence (RF), et plus récemment les micro-ondes (la cryoablation, traitement par le froid principalement indiqué dans le traitement des tumeurs rénales, n’étant pas pratiquée au CHU).

Ces techniques sont guidées par l’imagerie et nécessitent l’implantation d’électrodes soit par voie chirurgicale (ouverture de l’abdomen dans le cas des métastases hépatiques des tumeurs digestives par exemple), soit par voie percutanée sous contrôle radiologique (sans ouverture).

Elles ont modifié la prise en charge des malades en apportant un outil complémentaire devenu rapidement indispensable dans la prise en charge du malade et de sa pathologie.

ChuMag65

Lutte conter le cancer et élecroporation en France. CHU Poitiers.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires