Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 17:44

«La Cigarette du Buraliste» : une profession satisfaite , Marisol Touraine garde le silence.

Eventée à dessein dans la nuit l’affaire s’est confirmée dans la journée : le gouvernement français a donné sa bénédiction à une nouvelle marque de cigarettes qui ne sera vendue qu’en France par les buralistes français. Elle s’appellera « La Cigarette du Buraliste ». LCB. Slogan trouvé: « Demandez LCB, la cigarette du vrai fumeur français ! »

Le site des marchands de tabac vient de donner des détails sur l’objet. « Il s’agit d’une initiative forte en réponse au fatalisme qui prédomine par rapport au niveau scandaleux de marché parallèle du tabac que nous connaissons en France, martèlent les patrons de la Confédération.

Avec le conseil d’administration, réuni en décembre dernier, nous avions pris à l’unanimité la décision de mettre à disposition du réseau des buralistes un produit destiné exclusivement au marché français. Celui-ci ne sera pas vendu en Andorre, ni aux frontières, ni sur Internet, ni ailleurs. »

Chaque buralistes commandera, ou pas, des cartouches de LCB. « Mais au moins nous avons pris nos responsabilités à travers cette démarche qui frappe tous les esprits, affirment les patrons.

Aux pouvoirs publics, maintenant, d’en faire autant en prenant des décisions effectives contre ce marché parallèle qui gangrène nos activités ». Où l’on voit émerger un discours nouveau, les responsables de la Confédération des buralistes traitant d’égal à égal avec les pouvoirs publics.

Goût américain

Il n’est pas inintéressant de voir, ici, les limites étroites du nationalisme. Ainsi les patrons de la Confédération ont-ils traité, ici, directement avec Aziz Tayabi, directeur de la filiale française de la firme allemande Poeschl Tobacco, cinquième acteur du tabac, en volume, sur le marché français.

En pratique la Confédération des buralistes est propriétaire de la marque LCB ; le fabricant est KTI (Kings Tobacco International), basé à Plovdiv en Bulgarie où il dispose « d’une usine très moderne » ; Poeschl Tobacco France en assure la promotion dans le réseau, les LCB étant, comme les autres cigarettes, livrées par Logista.

LCB ? Deux versions, rouge et bleu, goût américain. Le mélange comprendra notamment du tabac venant de France.

On n'en sait pas dans quelles proportions. « Le produit apparaît sur la liste actuelle d’homologation des prix, au tarif de 6,60 euros » assure le site des buralistes ce qui laisse clairement entendre que les deux ministères concernés (Budget et Santé) étaient parfaitement informés de l’opération. LCB sera, enfin, lancé « d’ici la fin de l’année ».

Tombent les masques

Pour sa part le Comité national contre le tabagisme (CNCT), dénonce avec force cette initiative :

 « La Confédération des buralistes, qui se taguait d’être avec ses membres un acteur de santé publique, décide de produire directement avec un fabricant bulgare sa propre marque, c’est-à-dire au-delà de la vente contrôlée du produit, de concevoir un produit qui rend les gens gravement dépendants, les rend malades et tue la moitié de ses consommateurs.

De surcroît, l’objectif avec un prix annoncé aussi bas est clairement de cibler les jeunes et les populations les plus démunies. Cette annonce révèle que la Confédération n’est pas uniquement porte-voix de l’industrie du tabac, elle est actrice à part entière de l’industrie du tabac. »

Pour le CNCT, les choses sont claires : les masques tombent et l’on voit que les marchands de tabac sont aussi des fabricants. Il est aussi des masques qui ne tombent pas.

Ainsi les responsables du Programme national de réduction du tabagisme, Marisol Touraine au premier chef, qui ne commentent en rien cette initiative et son historique intra-gouvernemental. Pourquoi la transparence, tant vantée par ailleurs dans le champ sanitaire, n’est-elle pas, ici, respectée ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires