Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 17:26

Une loi américaine reconnaît la forme chronique de la maladie de Lyme

http://www.egora.fr/sites/default/files/imagecache/thumb_article/lymeee.jpg

Mi-décembre, un pas supplémentaire a été franchi outre-Atlantique avec le vote du "21st Century Cures Act", qui reconnaît la forme chronique de la maladie de Lyme. Cette loi prévoit un groupe de travail associant les malades et annonce des financements pour la recherche sur cette pathologie.

"Je suis optimiste" après ce vote, qui débloque notamment des financements pour la recherche sur Lyme. "L'Europe va suivre", a affirmé à l'AFP le Pr Christian Perronne, spécialiste de cette pathologie émergente et chef de service en infectiologie à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine). Ce dernier dénonce, dans un livre à paraître ce mercredi, l'"aveuglement collectif" qui prévaut jusqu'à présent autour de cette maladie bactérienne complexe, transmise par les morsures de tiques.

Le Gouvernement a ouvert une brèche en annonçant fin septembre un "plan Lyme", mais le protocole officiel est toujours en place et une biologiste alsacienne a été condamnée et un médecin lyonnais suspendu, mi-décembre, pour ne pas l'avoir respecté. Ces recommandations officielles, adoptées en 2006, sont calquées sur celles émises par un groupe d'experts aux Etats-Unis. Or, le gouvernement américain les a récemment abandonnés, raconte le Pr Perronne dans "La vérité sur la maladie de Lyme" (Odile Jacob).

Officiellement, il y a 33.200 nouveaux cas par an de maladie de Lyme en France, selon Santé publique France, mais beaucoup plus en réalité, selon le Pr Perronne. "Rien que pour la Borrelia burgdorferi (principale bactérie responsable de la maladie de Lyme en Amérique du Nord et en Europe, NDLR), il y a au minimum un million de nouveaux cas par an en Europe", estime-t-il.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires