Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 15:03

Selon l’université de Portsmouth, la démarche d’un individu pourrait contenir des informations sur sa personnalité et indiquer s’il a des intentions agressives.

Un futur système d’aide à la vidéo surveillance ?

DÉCRYPTAGE. On connaissait déjà l'analyse des micro-expressions du visage, la dilatation des pupilles ou encore la voix comme moyens de décrypter les émotions d’autrui. Aujourd’hui, c’est la démarche qui permettrait de révéler sa personnalité et son niveau d'agressivité, comme le montre une étude du département de psychologie de l’université de Portsmouth (Grande-Bretagne).

Selon les auteurs, de précédents travaux avaient déjà mis en évidence que “les hommes ont typiquement plus de mouvements de rotation du haut du corps lorsqu’ils marchent”, alors que chez les femmes c’est plutôt une rotation du bassin qui prédomine. “Cependant, il est difficile de prédire comment la variation de mouvement est liés aux traits (de personnalité) pour chaque sexe.”

Pour répondre à cette question, les chercheurs ont équipé 29 volontaires, 16 hommes et 13 femmes, avec des capteurs de mouvement, quatre sur le haut du corps (épaules, thorax, haut du dos) et quatre sur le bassin (crêtes iliaques, coccyx), mais aussi sur les jambes et les pieds. Puis les participants ont été filmés en train de marcher, normalement, sur un tapis roulant, leur mouvement étant reconstruit sur ordinateur en 3D. Au préalable, ils avaient chacun rempli deux questionnaires psychologiques de référence : le questionnaire Buss-Perry qui caractérise le niveau d’agressivité (physique, mentale, colère...) et l’inventaire Big Five, qui identifie cinq facteurs de la personnalité (originalité, consciencieusité, extraversion, agréabilité, névrotisme).

“Le programme d’analyse a réalisé différentes mesures dont l’amplitude du mouvement du thorax par rapport à un plan horizontal, explique Liam Satchell, coauteur de l’étude. Ainsi que l’amplitude du mouvement du bassin par rapport à ce même plan. Et enfin, l’amplitude du mouvement du thorax par rapport au bassin.” Pour chaque cycle de marche, de 60 secondes, les amplitudes maximales et minimales ont été calculées, puis une moyenne a été faite sur cinq cycles. “Nous avons alors cherché des corrélations entre ces paramètres et différents traits de personnalités ainsi que l’agressivité.

La marche du swagger, synonyme d'agressivité

Et les résultats sont tombés : une large amplitude du mouvement du thorax chez l’homme est corrélée à l’“extraversion”, tandis qu’une large amplitude du bassin chez la femme correspond à l’“agréabilité”. Pour l’agressivité, en revanche, l’amplitude du mouvement du thorax par rapport au bassin “reflète le facteur d’agression physique des individus, surtout chez les femmes”. Autrement dit, dans une démarche ordinaire quand le pied droit avance, le côté droit du bassin avance aussi tandis que l’épaule gauche recule, pour maintenir un équilibre. “Une démarche agressive est celle où cette rotation est exagérée, précise Liam Satchell. C’est ce que nous appelons la marche du swagger.” A découvrir dans la vidéo ci-dessous.

D’après le chercheur, ces résultats sont importants pour la compréhension du langage corporel, très peu étudié. “Nos résultats montrent qu’il y a d’importants prédicteurs de comportements dans le mouvement automatique. Notre étude est relativement petite, mais on espère que cette publication encouragera d’autres scientifiques à s'intéresser davantage à la personnalité.” Par ailleurs, Liam Satchelle évoque une application en matière de sécurité. Ce résultat pourrait être utilisé pour aider les opérateurs de vidéosurveillance “à identifier des dangers potentiels dans les foules”.

Sciences et Avenir Le 22.09.2016 à 18h30

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires