Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2016 6 05 /03 /mars /2016 15:14

Le cuivre permet d’éliminer les SARM Staphylocoque aureus résistant à la méticilline).


Le cuivre peut détruire les agents pathogènes SARM (Staphylocoque aureus résistant à la méticilline) et SASM (Staphylococcus aureus sensible à la méticilline).


C’est ce que montre une étude publiée dans la revue « Applied and Environmental Microbiology ».
Un effet similaire a déjà été confirmé pour les noro-virus.


Les scientifiques de l’Université de Southampton ont testé à la fois la contamination par le SARM par des gouttelettes (éternuements) et par le bout des doigts.


Selon les chercheurs, une contamination de ce type est beaucoup plus dangereuse car elle sèche rapidement et, comparativement à des projections visibles, elle peut être négligée et donc ne pas être éliminée par le nettoyage.


En utilisant un modèle permettant de simuler une contamination par le bout des doigts, les chercheurs ont déposé des millions de SARM et de SASM sur des surfaces en acier inoxydable, sur lesquelles ces agents pathogènes sont restés en vie pendant une longue période.


Mais exposées à du cuivre, les bactéries sont mortes rapidement, encore plus rapidement par rapport à une contamination par gouttelettes sur du cuivre.


L’exposition au cuivre porte atteinte à la respiration bactérienne et lèse l’ADN bactérien, ce qui conduit à la dégradation et la mort des cellules, ont expliqué les cliniciens.


Les ions cuivre et des dérivés réactifs de l’oxygène sont responsables de cet effet.


Il est important de comprendre le mode d’action du cuivre, car les micro-organismes ont déjà développé de nombreux mécanismes pour transmettre des résistances contre les désinfectants et les antibiotiques, déclare l’auteur de l’étude, Bill Keevil. « Nos travaux montrent que le cuivre cible différents sites cellulaires, et non seulement tue les pathogènes bactériens et viraux, mais détruit aussi rapidement leur matériel génétique d’acide nucléique.


Par conséquent, aucune modification génétique ne peut se produire et être transmise à d’autres microbes, un processus appelé transfert horizontal de gènes. » Cela permet d’éviter la prochaine génération de superbactéries.

29 fév 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED
commenter cet article

commentaires