Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2016 1 21 /03 /mars /2016 07:25

Cette semaine, 4 chiens ont été victimes d'une invasion de tiques, porteurs du parasite véhiculant la babésiose, une sorte de paludisme pour le meilleur ami de l'homme.

ALERTE. Plusieurs cas de babésiose ont été recensés chez des chiens d'Essex, dans la région de Londres. Cette maladie proche du paludisme est véhiculée par le parasite Babesia canis, spécifique au chien, lui-même transmis par la tique continentaleDermacentor reticulatus. Un phénomène inédit et inquiétant au Royaume-Uni. "Jusque là, seule cette tique, normalement exclusivement continentale en Europe, avait été brièvement repérée en Angleterre. Mais pas le parasite, explique à Sciences et Avenir le professeur Jacques Guillot, de l'unité de parasitologie, à l'École nationale vétérinaire de Maison-Alfort (Enva). Les cas de babésiose actuels sont donc bien une première pour les britanniques. Les vétérinaires anglais n'ont pas l'habitude d'y faire face, c'est pourquoi la situation est réellement inédite et surtout alarmante pour eux." La babésiose ou piroplasmose est une infection intra-érythrocytaire qui cible les hématies. En conséquence, le système immunitaire de l'animal infecté tend à détruire en masse ces globules rouges (appelé "processus hémolytique"), provoquant un fort état fébrile et anémié. La piroplasmose est ainsi diagnostiqué par la présence d'hémoglobines dans l'urine. Elle atteint très rarement l'homme, mais cette maladie est souvent mortelle chez les chiens.

Jusque là, deux chiens en sont morts. Trois autres, gravement malades, ont besoin de nombreuses transfusions. Les experts vétérinaires britanniques, chargés par l'Agence de santé publique et de santé animale et végétale, sont pris de court par cette épidémie généralement absente de ce pays et ont tiré la sonnette d'alarme : "À cette allure, il va être presque impossible d'empêcher le phénomène de se propager à travers le pays". Il en va donc aux propriétaires de chiens à Essex, de garder leurs animaux chez eux, et de les empêcher formellement de sortir en campagne, particulièrement dans les champs d'Harlow, ville du foyer infectieux. En effet, il suffit d'une tique portant le parasite pour multiplier la présence de ce dernier : l'acarien est capable de pondre jusqu'à 1.000 œufs sur le même chien. La seule solution est donc préventive, et il incombe aux propriétaires anglais de diagnostiquer la présence de tiques sur leurs chiens, pour les retirer et les empêcher de se reproduire, ou de simplement faire appel à leurs vétérinaires. Quand à la situation en France, elle est moins alarmante. "Cette maladie est bien plus connue chez nous qu'au Royaume-Uni, commente Jacques Guillot. Par ailleurs, un vaccin - quoique pas toujours efficace - est disponible, en plus de produits et traitements anti-tiques classiques. C’est donc assez bien diagnostiqués en France, et rares sont les chiens français qui en meurent. Néanmoins, la meilleure façon d'éviter cette maladie est préventive, en effectuant souvent des contrôles sur son chien après une balade en campagne, et en sachant se servir des outils anti-tiques."

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED
commenter cet article

commentaires