Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 10:01

Toute personne qui vit dans une rue passante doit s’inquiéter pour ses fonctions cérébrales.

Même une petite augmentation de la concentration en particules a un effet négatif : des infarctus cérébraux silencieux qui augmentent, entre autres, le risque de démence s’accumulent.

La vie dans une grande ville offre de nombreux avantages : un programme culturel diversifié, un bon choix d’écoles, des universités, des lieux de travail, des possibilités de formation et une gamme presque inépuisable d’activités sportives et de loisirs.

Mais l’air de la ville peut également endommager les fonctions du cerveau, comme l’indique une étude récente publiée dans la revue « Stroke ».

Les scientifiques du Beth Israel Deaconess Medical Center de Boston ont étudié les effets de la pollution particulaire dans les grandes villes sur le cerveau humain.

Les scanners cérébraux montrent une relation

Le fait que la pollution de l’air peut augmenter le risque d’accident vasculaire cérébral est connu depuis longtemps.

Les chercheurs ont montré qu’une exposition à long terme aux particules fines peut aussi endommager les structures du cerveau humain et peut conduire à une altération des fonctions cognitives chez les personnes âgées.

Pour cela, ils ont analysé les IRM du cerveau de plus de 900 personnes de plus de 60 ans et le volume de certaines aires cérébrales individuelles.

Cela incluait la totalité du volume cérébral du cerveau, qui est considéré comme un marqueur lié à l’âge pour l’atrophie du cerveau, et le volume de l’hippocampe, qui reflète les changements dans la zone du cerveau qui contrôle la mémoire.

En outre, les chercheurs ont enregistré le volume de l’hypersignal de la substance blanche, qui peut être utilisé comme une mesure de changements pathologiques et des processus de vieillissement.

Ils ont aussi cherché des indices sur l’existence de caillots de sang et de petits infarctus. Les sujets qui souffraient de démence ou qui avaient déjà eu un accident vasculaire cérébral furent exclus.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires