Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 07:42

Alors qu'ils recherchaient un hypothétique gène de la dépression, des scientifiques du Wellcome Trust Centre for Human Genetics (WTCHG) à l'université d'Oxford ont fait une découverte surprenante : la dépression modifierait l'ADN. Leur étude a porté sur l'étude du génome de 11 000 personnes souffrant ou ayant souffert de dépression. Si aucun gène spécifiquement lié à ce trouble de l'humeur n'a pu être identifié, les chercheurs ont néanmoins mis à jour un lien entre la dépression, l'augmentation du nombre d'ADN mitochondrial et des télomères de plus petites tailles.

Lors d'une dépression, les mitochondries, qui fournissent l'énergie nécessaire au bon fonctionnement des cellules, deviennent moins efficaces et leur nombre augmente pour compenser cette déficience.

Le raccourcissement des télomères est, quant à lui, le signe du vieillissement cellulaire.

Chez le sujet dépressif, ces changements moléculaires ne seraient pas réversibles, ce qui pourrait provoquer une baisse de l'espérance de vie.

Cette étude permet de comprendre comment la dépression intervient jusque dans les cellules en favorisant, par exemple, le développement de certaines pathologies comme le cancer ou le diabète.

Ses auteurs estiment qu'elle ouvre de nouvelles pistes dans la détection de la maladie et l'amélioration de sa prise en charge. En observant le génome mitochondrial et la taille des télomères d'un patient, il sera peut-être possible un jour de s'assurer de l'efficacité d'un traitement.

Date de création : 30 avr 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires

Delpech 09/05/2015 23:59

Super ,mais dans combien de temps?

Delpech 10/05/2015 00:00

super ,mais quand