Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 07:34

Vaccin contre la gastro-entérite potentiellement mortel : le ministère de la santé appelle à la vigilance


Il appartient aux médecins de décider « au cas par cas » si le vaccin pour bébés contre des gastro-entérites, qui a causé la mort de deux nourrissons, est « utile », a déclaré, mercredi 1er avril, la ministre de la santé, Marisol Touraine. « Il faut être vigilant, extrêmement vigilant, (mais) ne pas inquiéter outre mesure les parents aujourd'hui », a-t-elle ajouté sur Radio Classique-LCI.


La ministre a rappelé que le vaccin, injecté à « plus d'un million d'enfants » depuis sa mise sur le marché, « fait l'objet d'attention très spéciale, comme tous les vaccins, de la part des agences sanitaires ». « Des enquêtes sont en cours » et « des études approfondies vont être menées. (...)


C'est un vaccin qui existe au niveau européen, il y a donc des échanges entre les agences sanitaires européennes », a-t-elle assuré.


Deux vaccins, le Rotarix (laboratoires GlaxoSmithKline/GSK) et le RotaTeq (Sanofi Pasteur MSD), destinés à prévenir les infections dues à un virus responsable de diarrhées chez les bébés, entraînent un nombre « préoccupant » d'effets indésirables graves et ont provoqué deux morts, selon un bilan arrêté à fin 2014 remis à l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).


Prescrits aux enfants à partir de l'âge de six semaines, ils sont autorisés en Europe et commercialisés en France depuis 2006.


PAS DE BIEN-FONDÉ À RECOMMANDER LA GÉNÉRALISATION DU VACCIN


Le comité technique de pharmacovigilance, qui a analysé les données de suivi national et international concernant ces vaccins oraux, « s'interroge sur le bien-fondé de recommander (leur) généralisation en France », dans un rapport daté de février 2015 et transmis à la Direction générale de la santé et à la Haute Autorité de santé.


Cette vaccination pour la prévention des gastro-entérites causées par des rotavirus chez les nourrissons âgés de moins de 6 mois avait été recommandée en novembre 2013 par le Haut Conseil de santé publique. Ce dernier a « prévu de réexaminer dans les prochains jours ses recommandations » à ce sujet, indique mardi l'ANSM.


Un courrier a été envoyé mardi à 160 000 professionnels de santé afin qu'ils sensibilisent les familles sur les signes (douleurs abdominales, pleurs répétés et inhabituels de l'enfant, vomissement, présence de sang dans les selles, ballonnements abdominaux et/ou fièvre élevée) survenant dans le mois suivant la vaccination, pour consulter sans délai, car la prise en charge précoce permet de soigner le bébé, selon l'ANSM.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires