Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 08:14

La maladie de Hashimoto: La piste infectieuse.i

Avez-vous pratiqué un dépistage des infections courantes associées à la maladie de Hashimoto?


Le Dr Nikolas Hedberg a découvert que les infections chroniques sont la cause sous-jacente la plus fréquente de la maladie de Hashimoto.


Pour le Dr. Nikolas R. Hedberg la maladie de Hashimoto est la maladie auto-immune la plus fréquente dans le monde et c'est aussi la cause la plus fréquente d'hypothyroïdie.


La médecine conventionnelle ne propose pas de traitement pour la maladie de Hashimoto en dehors de l'hormone thyroïdienne de prescription qui ne traite pas l'auto-immunité.


Les Maladies auto-immunes montent en flèche et l'une des causes les plus courantes et négligée dans ces maladies sont les infections.


Certains des traitements complémentaires les plus utilisés pour la maladie de Hashimoto comprennent:


Un régime sans gluten
Protocoles pour les colopathies
La vitamine D
Le Sélénium
Le régime de type Paleo


En outre, il y a un certain nombre de suppléments et de médicaments à base de plantes qui sont utilisés pour réduire l'inflammation et équilibrer le système immunitaire, mais ceux-ci ne prennent pas en charge la cause sous-jacente de l'auto-immunité.


Même à faible dose Naltrexone échoue pour de nombreux patients et ne traite pas la cause de base.


Dans mon expérience clinique auprès des patients avec Hashimoto, j'ai trouvé que la cause sous-jacente la plus fréquente de la maladie de Hashimoto est une infection chronique occulte qui a été négligée par les deux types de praticiens, conventionnels et/ou alternatifs.


L'Infections déclenche l'auto-immunité par ce qui est connu sous le nom de mimétisme moléculaire, qui signifie essentiellement que votre système immunitaire s'attaque à un microbe comme un virus ou une bactérie, mais l'infection ressemble à une partie de vos propres tissus corporels tels que la thyroïde, de sorte que votre système immunitaire attaque aussi bien l'infection que la thyroïde .


Tant que l'infection est active, le système immunitaire continue à attaquer la glande.


L'une des connexions d'infection les plus courantes de la maladie de Hashimoto est le virus d'Epstein-Barr (EBV).


EBV est en fait un virus d'herpès contracté par la plupart des gens quand ils sont jeunes causant une mononucléose ou "maladie du baiser", qui se traduit par des ganglions lymphatiques enflés et de la fatigue.


Normalement, votre corps se bat et votre système immunitaire contrôle EBV pour la vie tout comme pour la varicelle par exemple.


Cependant, il a été démontré que des personnes atteintes de la maladie de Hashimoto peuvent avoir une déficience génétique pour les cellules immunitaires (cellules CD8 +) qui contrôlent ce virus.


Le virus se réactive ensuite à l'intérieur de la glande thyroïde pour induire une auto-immunité par mimétisme moléculaire.
Tant que l'EBV est actif, l'auto-immunité persistera.


Je trouve un nombre important de patients atteints de la maladie de Hashimoto qui ont réactivé EBV. identifié par un simple test sanguin.


J'utilise l'activité de l'EBV comme un guide et un marqueur pour l'équilibrage du système immunitaire et réduire l'attaque de la glande thyroïde.


Un certain nombre de méthodes de traitement alternatives pour EBV comprennent la vitamine C, le sélénium, le Reishi (extrait de champignon), la curcumine, et le zinc.


Vous remarquerez que le sélénium est sur cette liste qui est fortement recommandé pour Hashimoto mais je pense que de nombreux praticiens traitent l'EBV sans même le savoir et peuvent voir de bons résultats.


La seconde infection la plus souvent en cause dans la maladie de Hashimoto est la bactérie Yersinia enterocolitica. Yersinia pestis est la bactérie qui a causé la peste bubonique qui a été transmise par les puces de rats, mais Yersinia enterocolitica est transmise par les aliments et l'eau contaminés.


Normalement, le système immunitaire de l'intestin sain peut lutter contre Yersinia enterocolitica et la plupart des gens pensent qu'ils ont juste eu une petite intoxication alimentaire bénigne ou un «gastrite."


Cependant, dans certains cas, Yersinia s'installe dans la barrière de la muqueuse intestinale et persiste sans symptômes gastro-intestinaux.


Yersinia a été démontrée pour pouvoir déclencher la maladie de Hashimoto par mimétisme moléculaire parce que ce sont des protéines de surface qui semblent aux tissus de la thyroïde pour le système immunitaire.


Yersinia peut être identifiée sur un test fonctionnel de selles en période aiguë mais cette méthode va manquer la plupart des infections chroniques de Yersinia.


Le test correct se fait avec des anticorps sanguins contre cette bactérie.


Si Yersinia se trouve dans le test de selles le laboratoire prolongera par ce qu'on appelle une «sensibilité» à une variété de médicaments et de médicaments à base de plantes qui vont tuer les bactéries (antibiogramme) et donc nous savons exactement ce qu'il faut utiliser.


S'il est constaté la présence de Yersinia grâce à ces tests sanguins alors nous utilisons une variété de médicaments à base de plantes pour y faire face, dont on connaît l'efficacité puisque nous n'avons pas la sensibilité par antibiogramme.


La troisième connexion infectieuse courante est également une bactérie digestive appelée Helicobacter pylori.


H. pylori est plus connue comme cause des ulcères de l'estomac, mais elle peut également être impliquée dans la maladie de Hashimoto par mimétisme moléculaire.


H. pylori est une bactérie opportuniste de l'estomac qui peut se développer lorsque votre système immunitaire est compromis par le stress, par une faiblesse en acide gastrique, par des sensibilités alimentaires et des déséquilibres de vos bactéries intestinales connues sous le nom de dysbiose.


H. pylori peut être testé dans les selles, le sang et un test respiratoire qui est préféré car le plus sensible (Hellikit).


La mise au point du contrôle de H. pylori est fonction de l'équilibre du système immunitaire était compromis, mais une variété de composés naturels se sont révélés être efficaces contre cette affection chronique.


Mastic, vitamine C tamponnée, la quercétine, l'huile de poisson, zinc carnosine, DGL (réglisse), Saccharomyces boulardii, probiotiques, berbérine, CNA et de l'huile d'origan peuvent tous bien aider pour H. pylori.


Les antibiotiques sont bien sûr une option, mais nous toijours toujours nous rappeler que les antibiotiques peuvent créer plus de dysbiose et de bactéries résistantes aux médicaments.


Les infections ci-dessus sont les plus courantes Cependant, il y a des pistes supplémentaires à noter.


Le Virus de l'hépatite C est connu pour pouvoir déclencher une maladie de Hashimoto et la thyroïde peut devenir un réservoir pour le virus en dehors du foie.


Borrelia burgdorferi est la bactérie qui cause la maladie de Lyme qui, bien que la recherche cette piste soit limitée, pour de nombreux médecins connaissant la maladie de Lyme vous diront qu'ils voient un certain nombre de patients atteints de la maladie de Lyme qui ont aussi la maladie de Hashimoto.


Des Pistes d'infection supplémentaires mais plus rares comprennent le cytomégalovirus, le staphylocoque et le streptocoque, Rickettsia, la fièvre Q, HTLV-1, l'herpès 1,2 et 6, la rubéole / rougeole, le virus Coxsackie B, parvovirus B-19, la grippe et même VIH.


Si vous avez essayé toutes les méthodes de traitement habituelles pour Hashimoto et que vous ne vous sentez toujours pas bien et si vos niveaux d'anticorps refusent de descendre, assurez-vous de faire les tests pour une recherche d'une infection connexe à la maladie de Hashimoto.


Je recommande le "Big Three" qui comprennent EBV, Yersinia enterocolitica et H. pylori pour la plupart des gens comme un point de départ, et les autres recherches d'infection plus rares sont testées en fonction de vos antécédents particuliers.


Demandez à votre médecin une évaluation plus approfondie de la maladie de Hashimoto, ça peut être une infection sous-jacente...








A propos du Dr. Nikolas R. Hedberg
Dr Nikolas R. Hedberg est un médecin conseil certifié.


Sa pratique est au Centre de restauration immunitaire à Asheville, Caroline du Nord où il se concentre sur les troubles de la thyroïde et les maladies auto-immunes. Il est l'auteur d'un livre "The Complete Guide pour la santé de la thyroïde"et son site est www.drhedberg.com.


10 avril 2015 par Dana Trentin

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires

Solene 01/01/2016 22:24

Tres interessant cet article on ne m'a jamais parlé de ces pistes en lien avec ma thyroide alors que je suis sous levo depuis 11 ans
comme vous l'avez noté je suis le regime paleo AIP je prends de la vitamine D et compte prendre du selenium
avec le paleo AIP j'ai tout de meme de tres bons resultats sur ma tsh avec diminution du levo mais j'aimerais exploré ces pistes
Faut il voir cela avec l'endocrinologue selon vous? cette etude est elle connue et reconnue das le monde medical?
merci pour votre retour