Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 13:32

L'exposition aux particules fines pendant la grossesse augmenterait le risque d’autisme


La prévalence mondiale des troubles du spectre autistique (TSA) est en augmentation. Bien que la génétique joue un rôle important dans les TSA, il semble que l'environnement, en particulier les expositions in utero ou au début de la vie, en affecte également le risque.


Cependant, aucune substance toxique environnementale spécifique n'a été systématiquement associée à un risque accru de TSA.


L'objectif de cette étude est d'explorer l'association entre l'exposition maternelle aux particules (PM) de l'air et les risques de TSA chez l'enfant.


Il s'agit d'une étude cas-témoins concernant les enfants des participantes à la Nurse Health Study II (NHS II), cohorte prospective de 116 430 infirmières américaines recrutées en 1989. L'analyse finale porte sur 245 enfants chez lesquels un TSA a été diagnostiqué et un groupe contrôle de 1 522 enfants sans TSA.


Les auteurs se sont référé à l'adresse postale de chaque mère (avant, pendant et après la grossesse)
pour estimer leur exposition aux particules fines de diamètres ≤ 2,5 μm et aux particules plus grossières ≤ 10 μm (PM2,5 et PM10, respectivement) selon les données données fournies par l'Environmental Protection Agency.


L'exposition élevée aux PM2,5 (4e quartile) pendant la grossesse est associée à une augmentation de 57 % du risque de TSA pour les enfants des femmes ayant conservé la même adresse avant pendant et après la grossesse (160 cas, 986 témoins).


Les associations avec l'exposition aux PM2,5 neuf mois avant ou après la grossesse étaient plus faibles voire nulles lorsque les trois périodes ont été incluses, tandis que l'association avec l'exposition pendant la grossesse persiste (Odds ratio [OR] = 1,63 ; intervalle de confiance à 95 % [IC 95 %] : 1,08, 2,47).


L'association entre TSA et PM2,5 est plus forte pour l'exposition pendant le troisième trimestre (OR = 1,42 ; IC à 95%: 1,09, 1,86) que pendant les deux premiers trimestres (OR = 1,06 et 1,00) après ajustement mutuellement.


On ne retrouve pas d'association pour l'exposition à des particules de plus grande taille (PM10)


La pathogenèse des TSA est complexe mêlant des facteurs génétiques et environnementaux dont il est nécessaire de comprendre le mécanisme biologique. L'hypothèse d'une réponse inflammatoire chez la mère ou le fœtus est actuellement privilégiée pour expliquer comment les PM peuvent augmenter le risque de TSA.


En conclusion cette étude suggère l'impact de l'exposition in utero aux particules fines sur le risque de TSA. Les femmes exposées à des niveaux élevés de particules fines durant leur grossesse, mais pas avant ni après, ont jusqu'à deux fois plus de risque d'avoir un enfant atteint de TSA. Cette étude précise que le troisième trimestre de la grossesse représente la période de plus grande vulnérabilité.


Date de création : 30 mars 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Infections froides
commenter cet article

commentaires