Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 09:59

Les vrais dangers du paracétamol

Sur le long terme et à haute dose, la molécule active, contenue dans de nombreux médicaments, accroit considérablement le taux de mortalité.

À haute dose, le paracétamol est particulièrement nocif pour la santé.

Une étude a mis en garde mardi contre les risques liés à la prise de paracétamol à long terme et à haute dose, notamment sur le plan cardiovasculaire et rénal, qui sont sous-estimés. Médicament anti-douleur le plus vendu dans le monde, la plupart du temps sans ordonnance, le paracétamol (molécule active du Doliprane, mais aussi de nombreux autres médicaments) est recommandé dans de nombreuses pathologies douloureuses aigües ou chroniques. Il est considéré comme globalement moins dangereux que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ou les opiacés, également prescrits pour soulager la douleur.

Risque de maladies cardiovasculaires

Mais alors qu'on connaissait déjà la toxicité du paracétamol pour le foie en cas d'abus, des chercheurs britanniques se sont penchés sur les conséquences d'une prise régulière et à long terme du médicament dans une étude publiée par la revue britannique Annals of The Rheumatic Diseases qui dépend du groupe British Medical Journal (BMJ). En se fondant sur huit études existantes, ils ont montré un taux de mortalité accru pouvant atteindre jusqu'à 63 % chez les patients consommant de manière répétée des doses importantes de paracétamol (3 grammes par jour). La prise régulière de paracétamol augmenterait également le risque de maladies cardiovasculaires pouvant aller jusqu'à 68 % en cas de consommation de plus de 15 comprimés par semaine. Le risque de développer des problèmes gastro-intestinaux et rénaux est également augmenté en cas de consommation régulière. Pour les problèmes rénaux, le risque serait ainsi multiplié par deux en cas de prise cumulée de plus de 500 g de paracétamol au cours de la vie.

Le paracétamol est en général vendu sous la forme de comprimés dosés à 500 mg ou 1000 mg. Les chercheurs dirigés par le Pr Philip Conaghan, de l'hôpital britannique de Leeds, reconnaissent que les risques évoqués restent faibles dans l'absolu, mais estiment que leur étude montre "que le véritable risque du paracétamol est supérieur à ce que pense actuellement la communauté médicale". "Compte tenu de son usage important et du fait qu'il est disponible sans ordonnance, il parait justifié de faire une revue systématique de son efficacité et de sa tolérance dans des pathologies particulières", concluent-ils.

Le Point - Publié le 03/03/2015 à 14:48

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Concept
commenter cet article

commentaires