Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 11:27

La carence en vitamine D est de plus en plus retrouvée comme facteur contributif de nombreuses pathologies. Des scientifiques ont donc voulu évaluer une bonne fois, tous les sites de liaison entre la vitamine D et l’ADN humain. Les résultats qui viennent d’être publiés dans la revue Genome Research montre que la vitamine D influence près de 200 gènes différents.

L’être humain synthétise de la vitamine D, indispensable à la vie en exposant sa peau au soleil. Il peut en absorber également par l’alimentation. Cependant de nombreux êtres humains manquent de vitamine D. Qu’ils soient nouveau-nés, jeunes ou âgés, la carence en vitamine D peut toucher toutes les populations. Ce déficit accroît les risque de pathologies auto-immunes telle que la sclérose en plaque, la polyarthrite rhumatoïde, le diabète ainsi que certains cancers ou démences.

Sur l’ensemble de la longueur du génome humain, les scientifiques ont retrouvé 2 776 lieux de fixation de la vitamine D. Un nombre important de ces sites de fixations ont été retrouvés sur les gènes impliqués dans la sclérose en plaque, la maladie de Crohn, le lupus, la polyarthrite rhumatoïde, ainsi que la leucémie ou le cancer du colon.

Ils ont ensuite démontré que la vitamine D possède un effet sur 229 gènes. Cette étude démontre l’importance de l’influence de la vitamine D sur la régulation du génome humain et donc, évoque les conséquences pathologiques d’une carence prolongée en vitamine D.

Source

A ChIP-seq-defined genome-wide map of vitamin D receptor binding: Associations with disease and evolution
Ramagopalan SV, Heger A, Berlanga AJ, Maugeri NJ, Lincoln MR, Burrell A, Handunnetthi L, Handel AE, Disanto G, Orton S, Watson CT, Morahan JM, Giovannoni G, Ponting CP, Ebers GC, Knight JC
Genome Research, 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre LABLANCHY - CHRONIMED - dans Nutrition
commenter cet article

commentaires